Présentation (Suite)

La maison des associations

Notre emménagement à l’avenue de Tourbillon 9 à Sion en voisinage avec l’ASA Valais, Cerebral Valais et la Coraasp s’est fait dans le projet de créer la maison des associationsà laquelle est venue s’ajouter ProRaris.

L’espace intérieur a dès lors dû être repensé par notre architecte Clorinde Dussex et de nouveaux bureaux ont pris place le long de la façade vitrée. Oui mais qui dit vitrage dit transparence et visibilité, voire mise en exposition et franchement, si travailler dans la lumière est agréable, la perspective de devoir sourire à chacun des passants ne séduisait personne ! Mettre des voilages ? Un peu bonne femme quand même, et d’abord, qui se cache derrière ces rideaux ? Non, il fallait au contraire se signaler, c’est sûr, mais pas n’importe comment ! Permettre de voir dehors sans être trop vu soi-même, renforcer la lumière et raconter une histoire. 

 

 

 

maison_associations

vitrine_2

  Pour cela, les bandes de film crystal autocollantes me paraissaient parfaites, puisqu’elles permettent d’y découper les formes que l’on souhaite et de faire «s’étaler » la lumière : pour faire simple, compliqué je ne pourrais pas de toute façon, lorsqu’une onde (la Lumière se propage par ondes) rencontre un obstacle ou une ouverture, elle modifie sa trajectoire, qui de rectiligne devient diffuse (merci Wiki !). Voilà pour la lumière, qui ainsi grâce au film autocollant crystal, pourrait être à la fois atténuée et mieux diffusée.

Quant à l’histoire, clairement c’était celle du handicap qu’il fallait raconter. Puisqu’en effet c’est de soutien aux personnes souffrant de divers handicaps dont s’occupent les associations de la Maison. Mais le handicap, ça fout la trouille ! Stigmatisation, exclusion sociale, incapacité repli, rejet, etc. Donner ce look à notre vitrine, merci bien. Car il s’agit bien de look : de l’expression même de personnes atteintes dans leur santé. Le look que l’on se donne fait que l’on paraît crédible, sérieux, séduisant, drôle, effrayant, riche, pauvre, etc. Eh bien point de misérabilisme, le handicapé d’aujourd’hui sort du bois : il existe, se promène dans les rues, seul ou accompagné, surprend parfois par sa jovialité et son goût de vivre, a des capacités et fait des projets, tiens donc ! 

 

 

vitrine_3

vitrine_1

 

C’est ce que devait refléter la vitrine : la vie, la réalité, l’accompagnement, l’indépendance et la joie. Pour ce faire, l’utilisation du dessin était plus appropriée que celle de photos de personnes, car il est plus aisé ainsi de dire tout ce que l’on veut. L’idée étant d’attiser la curiosité et de délivrer un message de légèreté, le dessin plutôt naïf qui a été choisi reflète, je l’espère, tout cela à la fois.

Nombreuses sont les personnes qui observent nos vitrines, qui s’arrêtent, voire qui les photographient. Si ça ce n’est pas susciter de l’intérêt, ça y ressemble quand même drôlement ! Merci à Patrick Truffer de l’Enseigne de Collines pour sa compréhension et la mise en place du projet.

vitrine_maison_associations